There are no breaking news at the moment

En 1912, le Dr Harvey Cushing a découvert cette maladie et d’où son nom. La maladie de Cushing peut être trouvée chez les chiens, les chevaux et même chez les humains. La maladie de Cushing équin fait référence à cette maladie chez les chevaux. Il est également appelé’Pituitary Pars Intermedia Dysfunction’.

Causes

L’hypophyse, située près de la base du cerveau, est un organe majeur du système endocrinien (hormone). L’hypothalamus est une glande située près de l’hypophyse. La synergie de ces deux glandes aide à réguler le système de l’organisme. Le cortisol est une hormone stéroïde sécrétée par les glandes surrénales. L’hypothalamus et l’hypophyse influencent la production de cortisol. Dans la maladie de Cushing, ce cortisol est produit de manière excessive, ce qui entraîne différents symptômes.

La présence d’une tumeur bénigne dans l’hypophyse est considérée comme la cause principale de cette maladie. La tumeur induit une sécrétion excessive de cortisol. La croissance de la tumeur provoque la décomposition des neurones de l’hypothalamus, ce qui entraîne un dysfonctionnement de l’hypothalamus, et donc de l’hypophyse.

Symptômes

Les symptômes chez les chevaux se remarquent facilement. Ils sont les suivants.

Soif et miction excessives : Un cheval atteint boit 20 gallons d’eau, alors qu’un cheval normal boit 5-8 gallons.

Manteau : Le manteau du cheval ne se détache pas et devient ondulé, dur et lourd.

Changement d’apparence : Perte de poids, yeux ternes, ventre de foin.

Augmentation du taux de glucose : Le sang et l’urine contiennent des niveaux accrus de glucose.

Infections : En raison du mauvais fonctionnement du système immunitaire, le cheval souffre de diverses infections.

Laminite : Les chevaux plus âgés présentent des symptômes de laminite.

Des problèmes neurologiques peuvent survenir en raison de l’augmentation de la taille de l’hypophyse.

Diagnostic

Un vétérinaire effectuera les tests suivants au cas où il trouverait le cheval présentant ces symptômes.

Test sanguin : Ce test peut produire des résultats tels qu’une augmentation de la glycémie (120 mg/dl à 300 mg/dl) et des graisses sanguines, de l’anémie, etc.

Analyse d’urine : Elle peut révéler la glycosurie et la cétonurie (taux très élevés de glucose et de cétones dans l’urine).

DST- Dexamethasone Suppression Test : Ce test comporte deux étapes. Tout d’abord, un échantillon de sang est prélevé pour déterminer le taux de cortisol. Ensuite, la dexaméthasone est injectée. La dexaméthasone supprime la glande surrénale pour sécréter moins de cortisol. Un échantillon de sang est prélevé à nouveau après 24 heures. Les deux échantillons sont comparés pour vérifier l’évolution du taux de cortisol. Chez les chevaux normaux, il y a une réduction marquée, alors que les chevaux atteints présentent une réduction très inférieure. Ce test est le plus souvent utilisé par les vétérinaires pour détecter la maladie. Une nouvelle méthode, qui implique une combinaison de DST avec le test de stimulation TRH (thyrotropin releasing hormone) est maintenant réalisée.

Test de stimulation ACTH : Il s’agit d’une autre méthode de mesure du taux de cortisol. Une unité d’ACTH est injectée par kg de poids corporel. Les chevaux atteints présentent une augmentation quadruple du cortisol, alors que les chevaux normaux ne présentent qu’une augmentation double. Ce test n’est pas très fiable lorsqu’on le compare à d’autres.

Traitement

Si cette maladie est détectée à un stade précoce, il est possible de donner au cheval un traitement approprié. Cependant, le traitement doit être poursuivi à vie. Divers médicaments qui aident à réduire les niveaux de cortisol sont utilisés. Ces médicaments sont chers. Voici quelques méthodes pour aider un cheval souffrant de cette maladie à vivre une vie confortable.

Le manteau doit être taillé en été, car le cheval ne peut pas le perdre.

Si le cheval a des infections cutanées, l’utilisation d’un gel antibactérien est recommandée.

Le test sanguin peut aider à décider de l’alimentation du cheval afin d’éviter une augmentation du taux de sucre.

Des soins dentaires et des vaccins appropriés sont indispensables.

Des essais ont été réalisés pour donner un traitement à base de plantes à ces chevaux. La baie de Haste (Vitex agnus castus) s’est révélée efficace lorsqu’elle est utilisée dans les premiers stades de la maladie. Les chevaux qui ont reçu ce traitement à base de plantes ont montré une amélioration dans un court laps de temps de 3 semaines.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*